Commune de Hélécine

Newsletter

Pour recevoir la newsletter de la Commune de Hélécine, remplissez le formulaire d'inscription.

Laissez-nous votre adresse mail ainsi qu'un mot de passe qui vous permettra de vous désinscrire à tout moment.

Dès validation du formulaire, vous recevrez automatiquement un message qui vous invitera à vous connecter à la page de confirmation de votre inscription.



CONTRAT DE RIVIERE DYLE - GETTE - DOCUMENTS CONSULTABLES

20 AVRIL 2012

La commune de Hélécine est partie prenante au Contrat de Rivière Dyle-Gette (ci-après CRDG).
Le plan d'actions 2011-2013 vient d'être approuvé et parmi celles-ci, la diffusion vers le public tient une place importante.
Les documents suivants sont consultables à la commune, sur rendez-vous au 019/65.50.41 ou via mail frederic.ninane@publilink.be :
1) Le programme d'actions 2011-2013 du CRDG (trié par communes) ;
2) Les autres chapitres du Protocole d'accord 2011-2013 du CRDG ;
3) La copie des engagements des Provinces du Brabant wallon et de Liège et de la Région Wallonne quant au financement annuel du CRDG pour l'exécution du Protocole d'accord 2011-2013 ;
4) La copie de la décision du Conseil communal de Hélécine concernant les engagements 2011-2013 y compris les fiches d'engagements adoptées ;
5) Les fiches « Points noirs prioritaires » (PNP) de la commune de Hélécine ;
6) Le Programme d'actions 2008-2010 du CR Gette et affluents ;
7) La copie de la décision du Collège communal De Hélécine relative au suivi des engagements 2008-2010 y compris les fiches de suivi.

Le plan d'actions 2011-2013 est aussi l'occasion de (re)mettre à l'honneur les bons gestes du riverain d'un cours d'eau. Ces bonnes pratiques peuvent limiter fortement les inconvénients liés à la montée des eaux comme nous en avons connu ces derniers mois.
La commune de Hélécine met un point d'honneur à rechercher et poursuivre les auteurs d'abandon de déchets via l'agent constatateur des infractions environnementales.
Le CRDG, quant à lui, met plus spécifiquement l'accent sur les incivilités le long des cours d'eau.
On y croise parfois des déchets « ménagers », des « inertes », des « encombrants » abandonnés par des irréductibles pollueurs.
Ces déchets sont synonymes de pollution visuelle et olfactive, de pollution du sol et du sous-sol, de dégradation de la qualité biologique des cours d'eau, d'eutrophisation1, d'entrave à l'écoulement naturel des eaux entrainant un envasement nuisible pour de nombreux organismes.
Ces déchets sont parfois utilisés aussi pour « gagner du terrain » en fond de propriété ou remblayer des zones humides (bassin d'orage naturel, bras de rivière utilisé en cas de fortes précipitations). Ils créent alors de graves soucis hydrauliques, une perte de biodiversité des sites humides et une perte de la qualité paysagère de ces mêmes sites.
Rappelons que ces déchets doivent être évacués via les collectes sélectives organisées par la commune s'ils rentrent dans le sac poubelle réglementaire ou déposés au parc à containers (Jodoigne et Orp-Jauche).

On trouve également des déchets verts ou « déchets biodégradables » déposés le long des berges des cours d'eau en toute bonne foi par les riverains.
Ces déchets verts ou biodégradables déposés dans le cours d'eau ou sur les berges provoquent une eutrophisation de l'eau suite à leur décomposition, une asphyxie des plantes et un pourrissement des racines qui peuvent, lors de phénomènes météorologiques défavorables (fortes précipitations par ex.), déstabiliser et endommager la berge.
De plus, lorsque ces déchets sont emportés, ils peuvent provoquer bouchons rendant difficile l'écoulement naturel de l'eau et accentuant localement les phénomènes d'inondation.
Vous pouvez idéalement composter ces déchets dans votre jardin à distance réglementaire de la crête de la berge (5m), vous disposerez ainsi d'un engrais gratuit et naturel. Ces déchets verts sont également repris dans les parcs à containers de Jodoigne et Orp-Jauche.

Par ailleurs, rappelons que l'incinération des déchets est également interdite, qu'elle se produise le long des berges ou non. Le Code rural (art. 89, 8° et 9°) ne tolère l'incinération de déchets verts secs qu'à plus de 100 mètres « des maisons, [...] des bruyères, des vergers, des haies, du blé, de la paille, des meules et des lieux ou le lin est mis à sécher » et à plus de 25 mètres « des bois et forêts ».
Le Règlement Communal Intégré de Police (Livre I, article 95) ajoute que les feux tolérés ne peuvent notamment pas « créer des risques d'incendie, [...], mettre en danger les habitations ou toute installation ou végétation voisine ni incommoder le voisinage de quelque manière que ce soit ».
Les fumées dégagées peuvent être incommodantes pour le voisinage mais elles sont aussi nocives pour notre santé et l'environnement.